L'histoire

Le Grand Empereur Romain Constantin I, naît à Naisso, aujourd’hui Niš en Serbie environ en l’an 280 et décéda à Nicomédie en l’an 337. Fils de Constance Chlore, (le tétrarque devenu Auguste en l’an 305), et d’Hélène, (élevée à la cour de Dioclétien), qui devint sainte. En l’an 306, à la mort de Constance Chlore les troupes acclamèrent Constantin, en bouleversant ainsi le schéma tétrarchique qui prévoyait l’élection de Sévère.

La nomination de Constantin provoqua la réaction de Maxence (qui avait été Auguste jusqu’à l’an 305). L’élection d’Auguste de Maximien déchaîna les colères de Sévère, ce dernier fut tuer en l’an 307.

À ce moment, se déchaîna une lutte entre Maximien et son fils Maxence, Constantin s’allia à son beau-père Maximien (Constantin avait épousé sa fille Fausta). Peu après cependant, il découvrait un complot de Maximien, Constantin le contraignit au suicide en l’an 310.
Ils se disputèrent ainsi le titre d’Auguste, Licinius et Maximin Daïa en Orient et Constantin et Maxence en Occident.

Constantin combattu son rival Maxence en l’an 312, en le battant au Pont Milvius. On raconte que, la nuit avant la bataille, Constantin fit un rêve prémonitoire, il vit une croix avec une inscription “in hoc signo vinces”, (avec ce signe tu gagneras), donc il fit mettre sur le blason de la troupe, accolé au symbole païen du soleil, le symbole du Christ, la croix.

Après avoir vaincu Maxence, Constantin s’allia à Licinius, qui allait entrer en conflit avec Maximin Daïa, empereur de la partie orientale de l’Empire.

Les deux augustes signèrent en l’an 313 un édit, dont Constantin semble être le promoteur qui considérait la religion chrétienne permise à côté de la païenne et il disposait la restitution des biens à la communauté ecclésiastique.

En l’an 314 les deux augustes, Constantin et Licinius entrèrent en guerre pour le pouvoir absolu et, Constantin, battu son rival en Pannonia et obtint le contrôle des Balkans.

Constantin continua en ouest une politique de plus en plus favorable aux chrétiens pendant que, Licinius s’orientait au service des païens. L’affrontement finale eu lieu à l’Adrianopole, Crysopolis et dans l’Esponto en l’an 324.

Resté le seul empereur, Constantin, commença la reconstruction de Bisanzio en la rebaptisant Constantinople et en l’inaugurant siège impérial en l’an 330, en déplaçant le coeur de l’empire qui, jusqu’à présent était Rome.

Dans le milieu religieux Constantin participa toujours dans des disputes théologiques, en participant entre autre au concile de Nicée en l’an 325. Il voulait maintenir l’unité de l’église.
Il contribua à la répression du mouvement donastique en Afrique, premier exemple de la lutte contre l’hérésie.

Constantin décréta beaucoup de lois, par exemple, celle qui demande à l’église de porter assistance aux pauvres.
Dans le domaine social il accentua la tendance à l’humanisation des esclaves et il se préoccupa de la législation matrimoniale.

Un rôle décisif dans sa conversion fut sa mère, Saint Hélène, à qui il dédia la dernière partie de sa vie à faire construire des églises comme Sainte-Croix à Jérusalem, à Rome ou la Nativité à Bethléem, et à chercher les reliques du Christ en inaugurant la tradition de l’influence des femmes chrétiennes à la cour impériale.

Constantin mourut de maladie près de Nicomédie en l’an 337, en recevant le baptême sur son lit de mort de l’ arien Eusèbe de Nicomédie.

Constantin n’a jamais été proclamé saint de l’Église Catholique mais, comme il est vénéré en orient et en occident, ainsi qu’en Sardaigne, et en particulier à Sedilo, ce culte est très ressenti, probablement suite à la domination byzantin de l’île.